Samyama : une porte vers l’au-delà

Dans cet article, quelqu’un pose une question sur le programme Samyama, qui a lieu en ce moment même au Centre Isha Yoga en présence de Sadhguru : « J’ai entendu dire que Samyama aide à se défaire de son karma, mais j’aimerais savoir comment ça marche et si ça aide à échapper aux cycles de mort-renaissance ? »
 

Interlocuteur : J’ai entendu dire que Samyama aide à se défaire de son karma, mais j’aimerais savoir comment ça marche et si ça aide à échapper aux cycles de mort-renaissance ?

Sadhguru : Essentiellement tout processus spirituel est fait pour faire avancer votre vie en accéléré. Si vous suivez le cours normal des choses, cela peut prendre beaucoup de temps. Donc le processus spirituel est pour les gens qui sont pressés. Ils veulent atteindre le but aussi vite que possible. Si vous me dites à quelle vitesse vous voulez y arriver, nous pouvons intensifier vos sadhana en conséquence. Mais vous devez comprendre que quand les choses avancent très rapidement, il y a une certaine discipline que vous devez maintenir. Si vous marchez dans la rue ou sur un chemin forestier, si vous voyez du tamarin, votre bouche va saliver. Vous pouvez en cueillir, même les fleurs sont bonnes. Vous pouvez passez un peu de temps à manger les fleurs de tamarin.
Donc c’est bien si vous marchez. Vous pouvez grimper à l’arbre, manger tout le tamarin que vous voulez et vous en aller. Si vous conduisez un char à bœufs, vous devez être rapide : ce qui est disponible, vous devez le cueillir. Vous ne pouvez pas sélectionner puis cueillir. Si vous êtes en voiture, cueillir va être un peu dangereux. Si vous cueillez, vous risquez de vous couper la main. Si vous faites autre chose, si vous êtes dans un avion, vous ne pouvez même pas imaginer de telles choses. Vous ne mettez pas du tout la main dehors.

Vous voulez connaître la source même de la vie, si un tel désir est apparu, vous devez faire un effort un peu plus conséquent.

Donc les gens choisissent leur trajet en fonction de leur volonté. Les gens devraient choisir leur mode de transport en fonction de ceci : à quel point ils aspirent à arriver à destination et à quel point ils apprécient le voyage et se fichent de la destination. Ce n’est pas qu’ils s’en fichent ; personne ne peut dire qu’il s’en fiche. Lorsqu’ils s’assoient ici, ils s’en fichent parce que c’est confortable. Mais à mesure que le temps passe, ils vont s’y intéresser. Tout le monde veut atteindre la destination. La question est simplement celle-ci : combien de temps êtes-vous prêt à attendre ?

Samyama est un certain type de processus où nous vous faisons avancer en accéléré, mais dans une atmosphère extrêmement sûre. Si vous essayez de le faire par vous-même, sans une atmosphère protectrice, ça pourrait être dangereux. Les gens peuvent éclater leur cerveau, si ça n’a pas lieu dans une atmosphère protégée. La raison pour laquelle nous mettons en place de tels filtres, c’est que nous voulons la discipline et la concentration requises pour ce qui se fait. Autrement, même y allant en bus, si vous vous accrochez au tamarinier, soit le bus doit s’arrêter, soit vous devez y laisser votre bras et continuer. Une de ces choses doit avoir lieu. Autrement vous ne devriez pas sortir votre main. Vous regardez juste le monde défiler. Si vous marchez, ça n’est pas comme ça, mais ça prend beaucoup de temps. Même pour atteindre Coimbatore, ça peut prendre très longtemps.

Donc Samyama est cette dimension, où ce qui est opaque, on veut le rendre transparent.

Donc Samyama n’est ni dangereux en soi, ni une chose pour laquelle quelqu’un est prêt ou n’est pas prêt. Tout le monde est tournée vers ça, mais sans les étapes préparatoires il est certain qu’ils peuvent trouver cela difficile ; sans le désir nécessaire ils peuvent trouver cela difficile. Donc je dirais que si tout ce à quoi vous pensez est une bonne vie – bonne vie veut dire paisible, joyeuse, pleine d’amour – alors Ingénierie Intérieure et Bhava Spandana suffisent pour vous. Mais si vous voulez connaître la source même de la vie, si un tel désir est apparu, vous devez faire un effort un peu plus conséquent. Samyama c’est simplement cela, vous apprenez lentement à vous mettre de côté, ce que vous ne serez prêt à faire que lorsque vous comprendrez que vous êtes la seule barrière dans cette création. En même temps, vous pouvez devenir un passage, si vous le souhaitez. Ceci [se désignant lui-même] est comme une porte.

Si une porte est fermée, c’est une barrière. Si elle est ouverte, c’est un passage, n’est-ce pas ? Donc vous êtes exactement comme ça. Vous pouvez devenir opaque et devenir un bloc. Une porte fermée signifie que… même métaphoriquement, si je dis que les portes sont fermées pour vous, cela signifie que vous ne pouvez pas passer. S’il y a une porte, il doit y avoir un moyen de l’ouvrir, n’est-ce pas ? Elle est peut-être fermée pour le moment, mais s’il y a une porte, il y a une possibilité. Si ceci n’était fait que de placoplatre, alors ce serait diffèrent. Mais c’est une porte. Quelqu’un l’a fermée, d’accord, mais si vous en avez la volonté, vous pouvez l’ouvrir. 

Donc Samyama est cette dimension, où ce qui est opaque, on veut le rendre transparent. Si cela n’est pas possible, au moins le rendre translucide pour que même s’il ne vous laisse pas passer, au moins vous puissiez clairement voir que la vie a une autre dimension. Une fois que vous l’avez vue, vous ne pouvez pas vous leurrer. Vous savez que vous devez l’atteindre. 

 
 
 
  0 Comments
 
 
Login / to join the conversation1