Comment faire face à un divorce ? Le remariage est-il acceptable ?

Le divorce est-il une mauvaise chose ? Comment traverser un divorce avec grâce ? Est-il acceptable de se remarier après un divorce ? Quel est l’effet d’un remariage sur un enfant ? Sadhguru répond à toutes ces questions et bien d’autres dans cet article intéressant qui aborde tous les aspects du divorce.
Sadhguru Wisdom Article | How to Deal with a Divorce? Is Remarriage Okay?
 

Les raisons d’un divorce

Interlocuteur 1 : Quand le mariage devient une bataille épuisante, n’est-il pas préférable de divorcer ?

Sadhguru : Si nous pouvions vivre sans nous battre avec l’autre personne, alors la question du divorce ne se poserait pas. Vous ne vous battez pas avec quelqu’un dans la rue, vous vous battez avec quelqu’un qui, à un moment, vous a semblé être la personne la plus merveilleuse. Cette bataille n’est pas due au fait que cette personne est soudain devenue laide. Cette bataille a lieu parce qu’au fur et à mesure que nous évoluons, certains changements se produisent et nous ne sommes pas disposés à accepter cela. Deux personnes évoluent dans des directions différentes et c’est très bien. On ne doit pas forcément être pareils pour être ensemble. Il n’est pas nécessaire que deux personnes aiment les mêmes choses, fassent les mêmes choses ou ressentent les choses de la même façon. Les gens peuvent être diamétralement opposés et être quand même ensemble. Il y a une certaine immaturité à penser que quelqu’un doit être comme vous pour être avec vous. Il n’y a pas deux personnes exactement pareilles dans le monde. Deux individus divergeront sur un aspect ou l’autre de la vie.

Oubliez monsieur Tout-le-Monde, n’avez-vous pas de nombreuses couches de résistance même pour la personne la plus proche de vous ?

Robert Owen, un auteur américain, a dit : « Le monde entier est bizarre, sauf vous et moi, mais vous aussi, vous semblez un peu bizarre... » S’il vous plaît, observez votre mental et voyez : si vous vous fiez à votre intellect, pas une personne au monde n’est bien. Examinez de près la personne qui vous est la plus chère dans votre vie et voyez combien de couches de résistance vous avez à son égard. Oubliez monsieur Tout-le-Monde, n’avez-vous pas de nombreuses couches de résistance même pour la personne la plus proche de vous ? Donc cela veut dire qu’il n’y a pas une personne au monde qui soit bien à vos yeux. Si personne n’est bien, ce n’est pas une question de bien ou pas bien, c’est juste que vous êtes en train de souffrir d’une maladie psychique. Le fait de commencer à penser que personne n’est bien constitue l’un des premiers signes de maladie psychique. On dirait bien que vous avez déjà fait le premier pas ! Si vous continuez sur cette voie, cela posera de plus gros problèmes.

Ce n’est pas un souci si deux personnes différentes ont deux façons différentes de comprendre et de faire les choses. C’est l’émotion sous-jacente qui maintient les gens ensemble. Après tout, c’est la quête d’un bien-être mutuel qui vous a amenés l’un vers l’autre. Comprenons bien ceci : tout ce qui passe pour de l’amour en ce moment n’est en général qu’un système de donnant-donnant. Vous avez des besoins, l’autre personne a des besoins et les gens s’assemblent pour satisfaire ces besoins. Les besoins peuvent être divers : physiques, psychologiques, émotionnels, sociaux ou financiers. À partir du moment où votre besoin n’est pas satisfait correctement, c’est fini. C’est votre façon de faire. Il n’y a rien d’autre dans la relation. Vous voulez obtenir le meilleur de l’autre personne et l’autre personne veut tirer le meilleur de vous. C’est une bataille, pas une relation d’amour.

L’amour dépend de vous

Ce que vous appelez amour ne dépend pas de quelqu’un, mais de vous-même, de la façon dont vous êtes à l’intérieur de vous-même. Si votre corps devient agréable, nous appelons cela la santé et le plaisir. Si votre mental devient agréable, nous appelons cela le bonheur et la joie. Si vos émotions deviennent très agréables, nous appelons cela l’amour. Si vos énergies deviennent très agréables, nous appelons cela la béatitude. Ce sont certaines façons d’être en vous-même. Cela n’a rien à voir avec qui que ce soit, mais vous reliez cela à quelqu’un. S’il faut quelqu’un pour rendre votre mental, vos émotions et votre corps agréables, ce n’est pas prêt d’arriver. Aucun être humain ne peut maintenir cela éternellement. Peut-être que la personne que vous venez de rencontrer fera tout pour garder votre mental, vos émotions et votre corps agréables pendant trois jours, mais personne ne peut maintenir cela. Ce n’est tout simplement pas possible pour un être humain.

Vous devez donc apprendre à maintenir votre mental, vos émotions et votre corps dans un état agréable. Si vos émotions sont agréables, vous êtes vous-même plein d’amour et quelles que soient les différences, tout va bien. Sans cela, chaque petite différence constitue un gros problème. Les gens ne peuvent être proches de vous que lorsqu’il y a un certain contentement en vous.

Qu’est-ce que le divorce ?

Interlocuteur 2 : Je suis en train de vivre un divorce et j’ai l’impression qu’une partie de moi est en train de mourir. Comment puis-je surmonter cela avec grâce ?

Sadhguru : Ce que vous appelez « moi-même » en ce moment est un énorme volume de mémoire. Votre corps est tel qu’il est simplement à cause de la mémoire génétique qu’il transporte. Vous avez le nez de votre mère et le teint de votre père parce que ce que vous appelez votre corps est un amalgame complexe de mémoire. Une mémoire très ancienne vit dans votre corps. Ce que vous appelez « mon mental » en ce moment est à 100 % de la mémoire. Vous êtes un énorme amas de mémoire à bien des égards, et la mémoire vous façonne de diverses façons. Vous accumulez de la mémoire à travers ce que vous voyez, entendez, sentez, goûtez et touchez. Parmi ces cinq façons différentes d’accumuler de la mémoire, ce que vous voyez et ce que vous touchez constituent les formes les plus profondes de mémoire. En particulier, ce que vous touchez crée un certain niveau de mémoire dans l’organisme.

Le divorce est une mort volontaire. Vous avez décidé de tuer quelque chose qui fait en quelque sorte partie de vous.

Un(e) conjoint(e) vous a touché(e), et il y a un certain niveau de mémoire. Un divorce signifie que, d’une certaine manière, vous essayez d’arracher ce souvenir et cela ne va pas être facile, pour diverses raisons. Mais en même temps, le fait même que vous divorciez signifie que vous voulez en finir avec cette mémoire d’une façon ou d’une autre. Peut-être ne voulez-vous pas effacer cette mémoire, mais pour une raison ou une autre, vous avez lentement commencé à percevoir une personne qui faisait partie de votre vie à bien des égards comme un bagage que vous ne voulez pas porter. Vous voulez mettre le bagage de côté, mais vous constatez que ce bagage n’est pas quelque chose que vous portez volontairement : c’est quelque chose qui vous colle à la peau de manière compulsive. Tout ce qui vous colle à la peau de manière compulsive, si vous essayez de l’arracher, il y aura de la souffrance.

La mémoire de votre conjoint(e) s’est accumulée, vous ne pouvez pas vous en débarrasser comme ça. Même si vous êtes dans un état d’équilibre émotionnel et psychologique, et que vous pouvez y faire face, vous verrez que l’ensemble du système passera invariablement par un certain niveau de souffrance. En particulier, quand la mort survient, vous voyez que la mémoire de votre conjoint(e) travaille dans toutes les cellules de votre corps, si vous avez vécu assez longtemps ensemble. Ce n’est pas seulement un processus émotionnel et psychologique, c’est un processus très physique. 

Le divorce est une mort volontaire. Vous avez décidé de tuer quelque chose qui fait en quelque sorte partie de vous. C’est pour cette raison, avec cette compréhension de l’existence et du fonctionnement du système, qu’on vous a toujours dit : « Jusqu’à ce que la mort vous sépare, vous ne vous séparerez pas », car il y a une mémoire physique dans tout cela, et le corps n’a pas l’équilibre du mental. Le mental peut décider de faire demi-tour, mais le corps ne peut pas faire demi-tour. Plus vous lui ajoutez de mémoire, plus il devient confus. 

Le divorce et le remariage

La plupart des gens pensent que la meilleure façon de mener à bien un divorce est de sauter immédiatement dans une autre relation du même genre. Vous allez causer beaucoup plus de lutte et de chaos au sein du système en faisant ça. Il est extrêmement important que le corps ait suffisamment de temps pour évacuer la mémoire, pour garder la mémoire à une certaine distance. Sinon, vous allez vous retrouver à un endroit où trouver la sérénité et la joie deviendra une chose extrêmement difficile à faire dans votre vie.

Quand le divorce devient inévitable

Si le divorce pouvait être évité, ce serait mieux, mais pour une raison ou une autre, vous en êtes arrivé à cette situation où vous avez choisi de divorcer, vous devez comprendre que le divorce signifie fondamentalement que vous avez choisi de tuer quelque chose qui fait partie de vous. 

Notre interdépendance ne répond qu’à nos besoins extérieurs, mais notre existence intérieure est complète par elle-même.

Deux personnes qui ont partagé leurs émotions, leurs corps, leurs sensations et leurs espaces de vie, déchirer cela, c’est presque se déchirer soi-même, car deux mémoires ont fusionné à bien des égards. Même si vous êtes presque arrivé à un point où vous ne pouvez plus supporter la personne, cela fait encore mal, simplement parce que vous essayez d’arracher un souvenir, qui est vous, parce que vous existez en tant qu’accumulation de mémoire. 

Vous divorcez de votre conjoint(e), vous n’avez pas besoin de divorcer de vous-même. Mais vous devez comprendre que vous avez déjà divorcé de vous-même. Votre existence a été nourrie par la création d’un lien, d’un partenariat ou d’une servitude (en fonction de la manière dont vous avez procédé) afin de vous sentir entier d’une certaine manière. La plupart des partenariats de cette nature sont faits ainsi parce qu’autrement vous vous sentiriez insuffisant et incomplet par vous-même. Mais la vie n’est pas comme cela. Vous êtes un processus de vie complet en soi, qui n’a pas besoin d’aide extérieure.

Si vous en êtes arrivé à une telle situation de divorce, il est temps de vous tourner vers l’intérieur et de comprendre qu’il est temps de trouver la complétude de ce qu’est cette vie. Il est temps de découvrir que cet être est un être complet et qu’il n’a besoin d’aucune aide extérieure pour être tel qu’il est. Pour mener notre vie en société, nous sommes interdépendants, mais l’existence fondamentale de cet être, l’équilibre, l’espace et la possibilité qu’il est, constitue un processus complet en soi. Notre interdépendance ne répond qu’à nos besoins extérieurs, mais notre existence intérieure est complète par elle-même. Si vous divorcez de votre conjoint(e), c’est déjà assez mauvais comme ça, ne divorcez pas de vous-même. 

Effets d’un remariage sur un enfant

Interlocutrice 3 : Sadhguru, je suis déjà divorcée et j’ai un fils de 8 ans. Parfois, je me sens privée d’amour et je ressens le besoin de me remarier. Mon fils ne cesse de demander pourquoi il n’a pas de figure paternelle à la maison. Je suis vraiment déboussolée, aidez-moi s’il vous plaît.

Sadhguru : Dans le monde d’aujourd’hui, un enfant n’arrive pas automatiquement après le mariage. Il fut un temps où il n’y avait pas le choix. Si vous vous mariiez, les enfants ne cessaient de naître. Mais dans le monde d’aujourd’hui, un enfant n’est pas automatique, il est généralement prévu. Vous devez comprendre qu’une fois que vous avez un enfant, vous avez un projet sur 20 ans. Si votre enfant est très compétent, c’est un projet de 15-16 ans. Lorsque vous choisissez ou décidez d’avoir un enfant, vous devez être prêt pour un projet d’au moins 15 ans. Si vous n’avez pas ce dévouement, vous ne devriez pas vous engager sur cette voie, ce n’est pas nécessaire, car aucun enfant ne frappe à votre ventre en disant : « Fais-moi naître ». Si vous n’êtes pas sûr de pouvoir fournir ce type de soutien, vous ne devriez pas vous lancer dans cette mésaventure de produire des enfants.

Être une mère célibataire après un divorce

Il est tout à fait erroné de penser qu’un nouveau mariage va régler le problème de l’enfant. Je ne dis pas que cela ne va pas le régler, peut-être que ce sera le cas. Mais le simple fait de penser « avec le père biologique de l’enfant, ça n’a pas marché ; si j’amène un autre homme, tout ira bien » est une idée très dangereuse. Je dirais que de telles choses ne fonctionnent que dans 10 % des cas. Dans 90 % des cas, cela crée plus de problèmes que de solutions. Je ne remets pas en question la raison pour laquelle vous avez brisé votre mariage, c’est à vous de voir. Si vous avez choisi de le briser, vous devez au moins devenir compétente pour jouer le rôle de parent complet pour l’enfant de toutes les manières possibles. Mais comme vous aspirez à autre chose, l’enfant y aspire lui aussi avec vous.

S’il vous plaît, n’élevez pas vos enfants avec une telle impuissance qu’ils aspirent toujours à la présence de quelqu’un qui n’est pas là. Combien de temps votre enfant de 8 ans veut-il passer avec vous ? Interlocutrice : Presque pas. Sadhguru : Il est occupé par ses propres affaires, à moins que vous n’ayez fait de lui une créature si impuissante qu’il doive s’accrocher à vous en permanence, sinon, il a ses propres choses à faire. C’est la nature de la vie : les enfants font leurs trucs à eux. Il faut juste rester vigilant pour qu’ils ne finissent pas par faire des choses qui les desserviraient. Ils n’ont pas à tout faire avec vous. 

Peut-on se remarier après un divorce ?

Donc, si vous voulez vous remarier : c’est à vous de voir. C’est un choix qu’il vous revient de faire. N’impliquez pas le garçon. Faites en sorte que le garçon n’ait besoin ni de vous ni de son père. Il est très bien par lui-même. Il a juste besoin de votre soutien et de vos soins, rien d’autre. Quoi que vous fassiez, il y aura une conséquence. Si vous ne vous mariez pas, il y aura un certain type de conséquence. Si vous vous remariez, il y aura un autre type de conséquence : une conséquence que vous avez déjà connue, donc vous pourrez peut-être mieux la gérer, on ne sait pas. Les deux options auront leurs conséquences, et les conséquences ne doivent pas nécessairement être agréables ou désagréables. Cela dépend simplement de la façon dont vous les portez avec vous. Si vous portez la conséquence avec joie, ce sera un travail d’amour. Sinon, ce sera juste un travail. 

[Note de la rédaction] Dans cet article, Sadhguru aborde la question de la sécurité émotionnelle.