Comment le soleil et la lune peuvent-ils influencer l'organisme humain ?

Sadhguru se penche sur l'influence des cycles solaires et lunaires sur l'organisme humain.
 

Sadhguru se penche sur l'influence des cycles solaires et lunaires sur l'organisme humain. Il évoque comment, lorsqu'une personne vit 1008 cycles lunaires, son lien avec notre planète est en grande partie brisé et, avec très peu d'aide, cet individu peut alors transcender les cycles de naissance et de mort.

Transcription complète :

Sadhguru : Oh. Comment ils influencent l'organisme et quels sont leurs différents effets sur nous... ? Vous entrez dans les détails, ça nous prendra trop de temps – nous sommes déjà en retard pour le dîner. Donc (il rit), le processus même de notre naissance est lié à ces cycles. Vous savez qu'il est clair que les cycles féminins et notre naissance sont très directement liés. En dehors de ça, il y a le cycle solaire de douze ans et un quart – entre onze ans et trois quarts et douze ans et un quart – ça varie un peu. Si vous achevez sept cycles du système solaire... Si vous achevez sept cycles solaires, vous achèverez mille et huit cycles lunaires. C'est-à-dire que si vous vivez pendant quatre-vingt-quatre ans et trois mois, vous aurez achevé sept cycles solaires et mille et huit cycles lunaires. Si vous parvenez à vivre aussi longtemps... (Il rit) Je vais peut-être encourager beaucoup de bêtises maintenant. (Rires)

Si vous parvenez à vivre assez longtemps pour achever sept cycles solaires et mille et huit cycles lunaires, alors vous pouvez rompre un certain lien avec la Terre. Votre lien avec la planète sera en grande partie brisé. Et très facilement, avec très peu d'aide, même si vous ne connaissez rien à rien, avec très peu d'aide, vous pouvez transcender les cycles de naissance et de mort. Parce que votre lien avec la planète et la matière de la planète, dont vous transportez la mémoire ainsi que la mémoire de vous-même que la matière transporte également, ce lien sera brisé. Une fois que ce lien est brisé, alors le travail qui doit être fait est très simple. Les gens parlent du sel de la terre, mais cela signifie bien plus que ce que la plupart des gens comprennent. Vous êtes le sel de la terre. Ce corps tout entier n'est qu'un infime grain qui est sorti de cette planète – tout ce que vous connaissez comme étant vous-mêmes aujourd'hui. Je sais que vous avez parlé de l'âme et de tout ça. C'est tout... parce que vous venez du nord de l'Inde, n'est-ce pas ? Oui ?

Temps 68:38

Dans le sud de l'Inde, nous avons fait passer l'envie de parler de ça. (Rires) Nous y travaillons depuis les trente dernières années et nous... Plus personne ne prononce le mot « âme » – du moins devant moi. (Rires) Donc (il rit), ce que vous considérez comme vous-mêmes en ce moment, c'est juste un petit grain de terre qui émerge et retombe et cela continue à se produire parce qu'il y a un lien entre la planète et vous. Les énergies que vous considérez comme vous-mêmes et le matériau qui est devenu la manifestation de vous-mêmes, ces deux choses se sont liées. C'est très profond... C'est une relation très profonde. Mais si vous achevez sept cycles solaires et... pas « et », de ce fait, vous achevez mille et huit cycles lunaires, alors votre lien avec la planète est en grande partie brisé. À partir de là, cela devient très simple. Avec un tout petit coup de pouce, cela pourrait être fait.

Donc, si vous n'avez rien fait de bien, vous  n'avez qu'à tourmenter le monde pendant quatre-vingt-quatre ans avec votre présence (quelques rires) et... Parce que, en fin de compte, c'est seulement le résultat qui compte. Voici ce qui arriva un jour. Un prêtre d'Alabama meurt. Il y a des gens qui viennent d'Alabama ? Je peux changer l'État s'il y en a ici. (Rires) Il meurt et arrive aux portes du paradis. Saint Pierre interroge les gens, vérifie leurs documents et leurs dossiers, et les laisse entrer ou les renvoie. Juste en face du prêtre se trouve un homme avec une chemise jaune à pois noirs – des pois noirs sur une chemise jaune, une veste en cuir et un pantalon moulant, une cigarette qui pend à ses lèvres (pause) et une glacière. (Gestes) Donc, quand vient son tour, saint Pierre lui demande : « Qui es-tu ? » Il répond : « Je suis chauffeur de taxi à Vegas. » Puis Pierre vérifie avec soin ses dossiers et déclare : « Bienvenue ». Il demande à l'un des anges de venir, de lui donner une tunique de soie et un bâton d'or afin qu'il puisse l'aider. Les anges l'escortent et l'emmènent.

Et le prêtre qui a regardé ça se dit : « Waouh ! Si un chauffeur de taxi reçoit ce genre de traitement – en plus, il vient de Vegas et il reçoit ce genre de traitement. Moi, je suis un prêtre d'Alabama. Voyons voir. » Alors saint Pierre compulse tous ses dossiers et il dit aux anges : « Donnez... donnez-lui la salopette de l'ouvrier, et une pelle et un seau. Mettez-le au travail ! » Le prêtre dit : « Allons bon, attendez une minute, attendez une minute. On dirait qu'il y a une erreur ici. Je viens de voir un chauffeur de taxi de la Cité du péché obtenir un traitement fabuleux. Je suis prêtre depuis quarante-deux ans. Je loue le Seigneur et vous me donnez une salopette d'ouvrier, une pelle et un seau. Qu'est-ce que c'est que ça ? » Saint Pierre le regarde avec une patience infinie et lui dit : « Ici, nous récompensons tout le monde en fonction des résultats. Chaque fois que vous célébriez votre messe, les gens s'endormaient. Chaque fois qu'il conduisait, les gens priaient. (Rires/Applaudissements) Donc il a ce qu'il a, vous avez ce que vous avez. » (Rires) (Il rit)