Sadhguru à propos des gourous. Lorsque Bouddha a dit : « Laissez tomber »

Dans cet épisode de la série « Sadhguru à propos des gourous », Gautama le Bouddha surprend un chercheur avec une demande impénétrable, tandis que le maître soufi Byazid fond en larmes dû au manque de compréhension d'un potentiel disciple.
Sadhguru on Gurus – When Buddha Said “Drop It”
 

Alors que nous approchons de Gourou Pournima le 5 juillet 2020, nous examinons la tradition historique de cette nation qui vénérait le gourou ; une culture qui a malheureusement presque disparue dans les temps modernes. Bien que Gourou Pournima soit rarement fêtée aujourd'hui, cette célébration était autrefois valorisée dans tout le pays. Pour faire revivre cette culture du respect, nous présentons une collection d'histoires inspirantes de la vie des gourous du passé, racontées par Sadhguru, qui illustrent les méthodes uniques que chaque enseignant a employé pour apporter la transformation à ses disciples.

Dans les histoires ci-dessous, Bouddha Gautama surprend un chercheur avec une demande impénétrable, tandis que le maître soufi Byazid fond en larmes dû au manque de compréhension d'un discipline potentiel.

Sadhguru: Que signifie être en présence d'un gourou ? Qu'est-ce qui est nécessaire ? Si vous êtes ici en tant qu'observateur ou même étudiant, vous manquerez tout l'aspect de ce que signifie être avec un gourou, parce que, si tout ce dont vous avez besoin est un enseignement ou quelques conseils, vous n'avez pas besoin d'un gourou en tant que tel. Il y a beaucoup d'enseignants qui peuvent le faire, il y a des savants qui peuvent le faire, il y a des livres qui peuvent le faire. « Être avec un gourou » signifie que vous cherchez une action directe. Vous ne cherchez pas de conseils, vous ne cherchez pas d'aide ; vous cherchez une action directe. Pour que cela arrive, de quoi avez-vous besoin et comment devez-vous être ?

Gautama dit : « Laissez tomber »

Un jour, un homme vint voir Gautama le Bouddha. Gautama était assis seul dans une petite enceinte, et l'homme est venu avec deux poignées de fleurs, parce que c'est une façon normale en Inde de saluer son gourou. Alors que l'homme venait vers lui, Gautama l'a regardé et lui a dit : « Laissez tomber. ». Quand il a dit cela, l'homme a pensé que puisqu'il avait apporté ces fleurs en offrande, Gautama lui disait de les « laisser tomber ». Puis il pensa : « Peut-être parce que je les porte dans ma main gauche, c'est de mauvais augure. » Cela fait aussi partie de la culture : si vous donnez quelque chose à quelqu'un avec votre main gauche, c'est considéré comme étant de mauvais augure. Alors il a pensé que peut-être à cause de cela, il lui demandait de les laisser tomber, et il a laissé tomber les fleurs de sa main gauche et a ensuite continué d'une manière appropriée. Gautama le regarda de nouveau et dit : « Laissez tomber. » Maintenant, il ne savait pas quoi faire. Quel était le problème avec les fleurs? Il a laissé tomber le reste des fleurs. Puis Gautama a dit: « J'ai dit : laissez-le tomber, pas les fleurs. » Celui qui a apporté les fleurs, vous devez le laisser tomber, sinon vous ne connaîtrez pas le Bouddha. Vous viendrez, vous vous prosternerez, vous écouterez, vous partirez, mais vous ne saurez pas ce que cela signifie d'être en présence d'un être éveillé. Vous manquerez complètement la possibilité.  
 
Si vous souhaitez ajouter une toute nouvelle dimension à votre vie, vous devez laisser tomber celui-ci, pas autre chose. Laisser tomber votre travail, laisser tomber votre famille, laisser tomber ceci et cela ne signifie rien. Vous devez laisser tomber celui-ci, c'est alors seulement que quelque chose peut arriver. En ce moment, ce que vous appelez « moi-même » est juste un paquet de pensées, d'émotions, d'idées, d'opinions et de systèmes de croyances. Si vous ne laissez pas tomber tout ceci, où y a-t-il une nouvelle possibilité? Essayez-vous juste de décorer les vieilles choses avec quelques suppléments ? Cela ne va pas aider ; cela rendra les choses de plus en plus difficiles. Mais si je dis juste « laissez tomber », ça ne tombe pas. Il y a donc des méthodes et des procédures à introduire pour que cet abandon se produise.

Byazid et l'ignorance du chercheur

L'un des maîtres spirituels les plus prolifiques et les plus magnifiques de tous les temps était Byazid, un maître soufi, qui à un moment donné avait des milliers de moines qui le suivaient. C'était une personne magnifique et un homme d'une immense capacité. Un jour, un homme est venu demander la libération spirituelle, bien sûr. Byazid le regarda et dit: « Oui. » Il est venu et a demandé: « Pouvez-vous m'accepter comme disciple ? » Byazid le regarda et dit : « Oui, je le ferai, mais il y a quelques conditions et devoirs à remplir. » « Quels sont-ils ? » demanda l'homme. Byazid dit : « Vous devez puiser l'eau, couper le bois, laver les planchers, cuisiner et nettoyer. » L'homme se leva et dit : « Je suis venu ici à la recherche de la vérité ultime, pas pour un emploi », et il est parti. Byazid regarda simplement la lune et pleura.
 
Ces procédures simples sont mises en place pour que vous appreniez à vous laisser tomber, mais les gens ne veulent pas les suivre. Ils pensent que la spiritualité signifie qu'ils doivent faire ceci, ceci, et ceci seulement. Ils pensent que nettoyer le sol n'est pas de la spiritualité, couper le bois n'est pas de la spiritualité, nettoyer la vaisselle, certainement pas. Ils ont une idée fantaisiste de ce qu'est la spiritualité.

Note de la rédaction: Vous pouvez suivre Sadhguru en français sur Facebook, Instagram et YouTube.