Cauvery Calling : un modèle pour le monde tropical

Cauvery Calling est un modèle soigneusement conçu qui permet de redonner vie aux rivières, de redonner vie au sol et d'augmenter les revenus des agriculteurs, pas seulement en Inde, mais dans l'ensemble du monde tropical.
sadhguru wisdom article | Cauvery Calling – A Model for the Tropical World
 

Sadhguru: En kannada, le mot « varsha » signifie pluie. Il signifie aussi « année » et aussi « terre », comme dans « Bharat Varsh ». Il n'y a qu'un mot pour tous ces mots, parce que la civilisation était toute entière structurée par la mousson.

Nous devons comprendre que la mousson est la seule source d’eau dans ce pays. Au cours des cent dernières années, le volume d’eau qui tombe sur le sous-continent sous forme de pluie lors de la mousson n'a pas beaucoup changé. Cependant auparavant, ces pluies s'étalaient sur 120 à 150 jours. Maintenant elles s'étalent sur 40 à 75 jours, ce qui signifie que le même volume d'eau tombe en un temps plus court. À cause de cela, il y a une alternance d'inondations et de sécheresses dans tout le pays.

Nous traitons encore les inondations et les sécheresses comme deux problèmes différents. Ces deux problèmes ne sont pas différents, c'est un seul problème : nous ne sommes pas capables de retenir l'eau tombant sous forme de pluie lors de la mousson. Il y a un certain échange entre le couvert forestier et les nuages, et nous l'avons détruit. À cause de cela, la pluie tombe en un temps plus court, provoquant des inondations et des sécheresses.

S'il y a une inondation, il y aura forcément une sécheresse car l'eau qui aurait dû s'infiltrer dans la terre coule malheureusement à la surface. C'est ce que nous essayons de changer. La seule solution pour cela est de ramener le couvert forestier.

Il n’est pas question pour le moment d’augmenter le couvert forestier à grande échelle, car la pression démographique est énorme. Si nous voulons ramener un couvert forestier, le seul moyen d'y arriver est l'agroforesterie. L'agroforesterie consiste à planter des arbres à côté des cultures conventionnelles.

 

Au cours des 18 dernières années, nous avons fait passer 69 760 agriculteurs à l’agroforesterie. Nous avons constaté que leurs revenus ont augmenté de 300 à 800% en 5 à 7 ans ; et ils continuent à augmenter. Faire du bois de coupe un produit agricole est très lucratif pour l’agriculteur.

L'un des aspects c'est qu'au cours des quatre premières années, l'agriculteur a besoin d'un soutien financier pour faire la transition. Dans ce cadre, nous avons demandé aux gouvernements du Karnataka et du Tamil Nadu de subventionner l'agriculteur pendant quatre ans pour l'aider à faire la transition. La bonne nouvelles c'est que les deux gouvernements ont accepté de fournir ces subventions.

Ces derniers mois, nos bénévoles se sont rendus dans des villages de tout le bassin versant du fleuve Cauvery pour sensibiliser les agriculteurs à l’agroforesterie. 270 000 agriculteurs du bassin de Cauvery ont exprimé leur intention de se convertir à l’agroforesterie. Les deux gouvernements accordent des subventions à l'agriculteur dans ces cas-là.

Cauvery Calling : un modèle pour le monde

L'idée de Cauvery Calling est de créer un modèle grandeur nature et d'en faire un exemple concret pour les autres. Si nous réussissons à mettre cela en place, il ne s’agit pas seulement de Cauvery, cela changera la donne pour l’Inde et l’ensemble du monde tropical.

Les agriculteurs sont partants et les gouvernements des deux états ont l'intention de donner des subventions pour aider les agriculteurs à faire la transition, donc ces deux choses sont en place. Le troisième aspect concerne la société dans son ensemble, c'est-à-dire vous et moi, en particulier la population urbaine. Même un mendiant à Mumbai peut planter un arbre par mois pour 42 roupies.

Si un mendiant peut planter un arbre, combien devriez-vous en planter ? C'est une question que vous devriez vous poser. Il ne s'agit ni de moi ni du gouvernement - c'est le travail d'une génération. Fondamentalement, nous devons nous demander : « Sommes-nous une génération responsable ou irresponsable ? » La façon dont nous agissons au cours des prochaines années le dira.

 
 
 
 
  0 Comments
 
 
Login / to join the conversation1