32 citations de Sadhguru sur Krishna

Voici une collection de citations de Sadhguru sur Krishna, qui vous emmène à travers sa vie enchanteresse : de l’enfant malicieux, mais adorable qu’il était à celui qui a été reconnu comme le Divin lui-même.
Sadhguru Wisdom Article | Quotes on Krishna by Sadhguru
 

Krishna est un enfant incontrôlable, un terrible farceur, un joueur de flûte enchanteur, un danseur gracieux, un amant irrésistible, un guerrier vraiment vaillant, un conquérant impitoyable pour ses ennemis, un homme qui a laissé un cœur brisé dans chaque foyer, un homme d’État et un faiseur de rois astucieux, un vrai gentleman, un yogi de tout premier ordre et l’incarnation la plus colorée du Divin.

 

Si nous voulons être touchés par la conscience que nous appelons Krishna, nous avons besoin de Leela – le chemin du jeu.

 

Krishna – L’adorable farceur 

Pour résumer les premières années de la vie de Krishna, on peut dire qu’il a réussi à rendre toute une communauté béatement folle de lui. Avec ses regards enjôleurs, son sourire inimitable, sa flûte et son pas dansant, il a amené chez les gens une frénésie d’un nouveau type qu’ils n’avaient jamais connue auparavant.

 

Dès le jour de sa naissance, les gens ont essayé de tuer Krishna. Bien qu’il ait fait face à de nombreuses situations extrêmes, il a traversé la vie avec gaieté. C’est ce qui fait que Krishna occupe une place si importante dans la culture indienne.

 

Krishna a vécu sa vie comme si c’était un festival. Même quand il était petit, il disait beaucoup de belles choses sur lui-même. Il a notamment dit : « Quand je me réveille le matin, quand j’entends les vaches beugler et ma mère qui appelle chaque vache par son nom avant de les traire, je sais qu’il est temps de me frotter les yeux et de sourire. »
 

 

Même pour aller à la guerre, Krishna portait une plume de paon. Ce n’était pas un homme frivole, mais il était fermement résolu à faire de chaque aspect de sa vie une fête. Que ce soit ses émotions, son mental, ses actions ou ses vêtements, il a toujours voulu donner le meilleur de lui-même pour tout le monde autour de lui. C’est ça, l’amour.

 

Gopala – Le charmant bouvier 

Les gens ne reconnaissaient généralement la divinité que chez les grands yogis ascétiques ou les rois. Bien que Krishna ne fût qu’un bouvier, ils ne pouvaient ignorer sa beauté, sa sagesse, sa force et sa bravoure.

 

Lorsque nous faisons référence à Krishna sous le nom de Gopala, nous parlons de lui d’une manière affectueuse. Quand nous l’appelons Govinda, nous nous prosternons devant lui en tant que Divin.

 

Krishna était connu pour être une beauté sombre, Shyama Sundara. Il était comme le crépuscule. Quand le soleil commence à se coucher, le bleu clair du ciel diurne cède la place à un bleu sombre et noirâtre, c’était sa couleur.

 

La simplicité et la grâce avec lesquelles Krishna existait, la façon dont il abordait tout autour de lui, sa démarche et l’équilibre de son corps et de son esprit faisaient que les gens ne pouvaient pas détourner leur attention et leurs yeux de lui.

 

C’est le bleu de l’anneau le plus extérieur de l’aura de Krishna qui le rendait irrésistiblement attrayant.

 

Krishna était si irrésistible que même Putana, qui était venue pour le tuer alors qu’il n’était qu’un bébé, est tombée sous son charme.

 

Consciemment ou inconsciemment, les gens autour de Krishna devenaient extrêmement aimants et doux. Il incitait les gens à exprimer leur douceur.

 

C’était la sadhana de Krishna : il était en parfaite harmonie avec la vie autour de lui. C’est seulement lorsque vous vous sentez en harmonie avec quelqu’un que vous vous sentez bien en sa présence. Sinon, il peut y avoir un inconfort.

 

L’amoureuse d’enfance de Krishna était Radhe. La perception de Radhe était telle qu’elle disait : « Krishna est toujours avec moi. Peu importe où il est et avec qui il est, il est toujours avec moi. »

 

Le passage à l’âge adulte de Krishna

Quand il est monté sur la colline de Govardhan, Krishna était un petit villageois enjoué, mais il est redescendu touché par une gravité différente. Les gens le regardaient, stupéfaits. Il leur souriait toujours, mais il n’y avait pas d’amour dans ses yeux. Il y avait de la profondeur et de la vision.

 

Avec sa flûte, Krishna pouvait faire fondre et hypnotiser n’importe qui, même les animaux. Mais quand il a quitté le village pour établir le Dharma, il a donné sa flûte à Radhe et n’a plus jamais joué. À partir de ce jour, Radhe a joué de la flûte comme Krishna.

 

 

Krishna, qui avait toujours été bien habillé dans des vêtements de soie avec un diadème et des plumes de paon, est devenu un brahmachari parfait portant juste une bande de peau de daim, entièrement dévoué à sa nouvelle sadhana. Jamais auparavant le monde n’avait vu un mendiant aussi glorieux.

 

Sandipani, le gourou de Krishna, n’avait pas besoin d’ouvrir la bouche pour donner une instruction. Tout était transmis, compris et atteint, intérieurement.

Dharmagopta – L’empereur de la droiture

Krishna a été reconnu comme Dharmagopta, l’empereur du Dharma et de la droiture, mais il n’a jamais dirigé aucun royaume, bien qu’il en ait eu le pouvoir et la capacité.

 

Au cours de sa vie et même maintenant, beaucoup de gens ont dit de Krishna qu’il était un charlatan, un imposteur ou un voyou souriant, parce qu’il ne suivait pas les codes moraux de l’époque ; il faisait juste ce qu’il fallait pour produire le résultat approprié dans une situation.

 

Govinda – Krishna comme l’Ultime

Quand les gens demandèrent à Krishna : « Ô Maître ! Ils disent que vous êtes un libérateur. Alors, quel est le chemin pour nous ? » Krishna les regarda d’un air interrogateur et dit : « Quel est le chemin ? Je suis le chemin. »

Bien que Krishna ait joué toutes sortes de tours aux gens, tout le monde l’aimait quand même, parce qu’il était en parfaite harmonie avec eux et toute vie autour de lui.

La capacité qu’avait Krishna à tout intégrer était telle que même ses ennemis jurés s’asseyaient avec lui et lui cédaient malgré eux. De nombreuses fois, il a fait changer d’avis sans effort ceux qui l’avaient maltraité et avaient comploté pour le tuer.

Le mot « Radhe » signifie quelqu’un qui donne l’essence de la vie, ou l’amour. Dans son amour, Radhe a inclus Krishna comme une partie d’elle-même. On dit qu’il n’y a pas de Krishna sans Radhe, et non l’inverse. Radhe Krishna ou Radheya.

Le féminin est une certaine qualité qui peut être aussi vivante chez un homme que chez une femme. Si vous voulez connaître Krishna, vous devez être prêt à devenir absolument féminin. C’est un chemin d’intimité et de passion extrême qui n’exclut rien.

Quand Krishna voulait faire quelque chose, il le faisait comme cela devait être fait, peu importe ce que les autres disaient. De nombreux incidents de ce genre ont eu lieu dans sa vie, ce qui a fait de lui un leader naturel au sein de la communauté.

Krishna ne croyait pas que les Pandavas étaient des êtres absolument purs, ni que les Kauravas étaient le mal absolu. Ce n’était pas un moralisateur qui portait des jugements tout noirs ou tout blancs sur quiconque.

Krishna était très compatissant avec certains et absolument impitoyable avec d’autres. Il a, et tué, et nourri, quand il le fallait. Il a affronté la vie de la façon dont elle devait l’être, parce qu’il n’avait pas de stratégie propre. Il est juste la vie.

Ce que nous appelons Krishna n’est pas un homme, mais une certaine conscience.

Un jour, Uddhava a demandé à Krishna pourquoi il ne pouvait pas résoudre les problèmes des gens d’un claquement de doigts, puisqu’il était une manifestation divine. Krishna a répondu en souriant : « Personne ne peut faire un miracle à moins que le destinataire ne soit plein de confiance. »

Dans sa vie, Krishna lui-même a suscité la confiance chez de nombreuses personnes, mais pas toujours en adéquation avec ce qu’il était. Il en a toujours été ainsi : quand les plus grands sont venus, les plus grandes choses ne se sont pas produites, parce qu’ils étaient beaucoup trop en avance.