Conseils pour une alimentation saine : que faut-il manger, quand et de quelle façon ?

Dans cet article exhaustif, découvrez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’alimentation : le Mystique nous révèle ce qu’il faut manger, de quelle façon manger et à quel moment manger.
Sadhguru Wisdom Article | Tips for Eating Healthy – How, When and What to Eat
 
Sommaire
1. De quelle façon manger ?
   1-1. Soyez attentif
   1-2. Mangez avec gratitude
   1-3. Asseyez-vous sur le sol, jambes croisées, pour manger
   1-4. Mangez avec les mains
   1-5. Mâchez votre nourriture 24 fois
   1-6. On ne parle pas en mangeant !
2. À quel moment manger ?
   2-1. Attendez deux minutes avant de manger
   2-2. Questions de digestion : mangez selon votre âge et votre activité
   2-3. Deux repas par jour et pas de grignotage entre les repas !
   2-4. Le mental et le corps fonctionnent mieux l’estomac vide
   2-5. L’heure du dîner et l’heure du coucher
   2-6. Jeûner pendant Ekadashi
3. Que faut-il manger ?
   3-1. Mangez ce qui vous rend agile et vivant
   3-2. Les excès alimentaires
   3-3. Mangez des produits frais
   3-4. Mangez ce qui est éloigné de vous
   3-5. Digérez ça !
   3-6. Mangez local
   3-7. L’alimentation pour le bien-être
   3-8. Mangez des produits de saison
   3-9. Alimentation végétale
   3-10. Régime à base de fruits
   3-11. Régime multi-céréales
   3-12. Manger correctement en voyage

Sadhguru: Je viens de lire quelque part que 20 % des repas américains sont consommés en voiture. Si 20 % des repas sont consommés en voiture, peut-être qu’encore 20 % sont consommés dans des bars ! Je ne sais pas combien de personnes s’assoient vraiment à table et prennent un repas en conscience, en s’impliquant d’une certaine façon avec la nourriture ainsi qu’avec leur entourage. Je crois qu’aujourd’hui, il existe suffisamment de connaissances dans le monde sur la teneur des aliments, mais les gens doivent encore faire les changements nécessaires. Le contenu de votre assiette a indéniablement un énorme impact, mais la façon dont vous consommez ces aliments est tout aussi importante. On parle beaucoup de ce que l’on doit consommer, mais quasiment aucun effort n’est fait pour sensibiliser les gens à la façon de consommer la nourriture. Que vous mangiez un animal, un légume ou quoi que ce soit d’autre, la nourriture est essentiellement un fragment de vie. Quelque chose qui était une vie en soi devient une partie de vous. Manger, ce n’est pas que digérer, c’est une vie qui fusionne avec une autre.

Le moment où vous devriez manger, la position dans laquelle vous devriez vous asseoir et la façon dont vous devriez accueillir la nourriture en vous sont des éléments qui sont complètement ignorés aujourd’hui.

De quelle façon manger ?

#1 Soyez attentif

Manger ne devrait pas être une habitude. Vous devez observer. Aujourd’hui, le corps a besoin de telle quantité de nourriture, donc vous mangez cette quantité. Demain, il se peut qu’il n’en ait pas besoin d’autant. Tous les animaux sont conscients de cela. Si vous avez un chien à la maison, même lui, il lui arrive de refuser de manger certains jours. De nos jours, les chiens sont dressés de façon tellement stupide qu’ils mangent tous les jours ; mais sinon, il est naturel pour eux de ne pas manger certains jours. Ils mangeront un peu d’herbe, la vomiront et se purgeront ainsi. Toutes les créatures sont conscientes de cela, mais les êtres humains utilisent leur intellect pour décider de ce qu’ils devraient faire.

En raison des systèmes éducatifs, une trop grande importance a été accordée à notre pensée. Notre attention est la chose la plus importante que nous ayons, pas notre pensée. Notre pensée est le fruit des quelques informations que nous avons amassées. Elle ne nous mènera nulle part. C’est l’acuité et l’intensité de notre attention qui peuvent nous amener d’une dimension de l’existence à une autre.

#2 Mangez avec gratitude

On doit se nourrir, mais on doit se nourrir en savourant les nutriments que la nourriture apporte et en éprouvant de la gratitude pour ce que cela signifie dans notre vie. Il ne s’agit pas de supprimer le plaisir de manger. La véritable joie de manger réside dans la prise de conscience qu’une autre vie est prête à fusionner avec votre propre vie et à devenir vous. C’est le plus grand plaisir qu’un être humain puisse connaître : que, d’une certaine façon, quelque chose qui n’est pas vous soit prêt à devenir une partie de vous. C’est ce que vous appelez l’amour. C’est ce que vous appelez la dévotion. C’est le but ultime du processus spirituel.

Que ce soit le désir, la passion, la dévotion ou l’éveil ultime, c’est la même chose, simplement à un degré différent. Si cela arrive entre deux personnes, on appelle cela la passion. Si cela arrive avec un groupe plus large, on appelle cela l’amour. Si cela arrive de façon beaucoup moins discriminatoire, on appelle cela la compassion. Si cela arrive sans la moindre forme autour de vous, cela s’appelle la dévotion. Si cela arrive à son degré ultime, on appelle cela l’éveil.

Manger de la nourriture constitue une preuve de l’unité de l’existence. Ce magnifique processus a lieu chaque jour à l’heure de votre repas. Le fait que quelque chose qui était une plante, une graine, un animal, un poisson ou un oiseau fusionne et devienne un être humain constitue une preuve évidente de l’unité de l’existence et du fait que le créateur est à l’œuvre dans tout ce qui existe.

#3 Asseyez-vous sur le sol, jambes croisées, pour manger

Dans la culture yogique, on vous demande toujours de croiser les jambes et de ne pas étendre vos jambes dans la direction d’une forme d’énergie. La raison principale en est que vous pouvez recevoir n’importe quoi arrivant dans votre direction de bien des façons. L’intention yogique est de toujours la recevoir des aspects supérieurs de votre vie. La présence d’un espace consacré implique une énergie puissante qui a la possibilité de vous transformer. Cette énergie doit toujours vous arriver de la possibilité la plus haute que vous êtes capable de recevoir. Nous ne voulons pas renforcer nos systèmes de survie, nous voulons renforcer d’autres dimensions de la vie. Il est tout à fait essentiel de survivre, mais survivre mieux que quelqu’un n’est pas un objectif de vie. C’est une perte de temps parce que quoi que vous fassiez, vous ne survivrez pas éternellement. 

Tous vos instincts de survie, de conservation, se trouvent dans les trois chakras inférieurs : manipuraka, swadhishthana et muladhara. Le désir de se détacher de tout cela et d’aller au-delà réside dans vishuddhi, agna et sahasrar. Anahata est le point de rencontre.

Donc si vous êtes assis dans un espace où vous pensez qu’il y a de la puissance et de l’énergie, asseyez-vous toujours jambes croisées, afin de fermer la partie inférieure du corps. Ne vous asseyez pas jambes ouvertes face à un espace consacré, parce que cela va attirer vers vous une tout autre sorte d’énergie, qui pourrait vous être néfaste. Il vaut mieux que ce soit la partie supérieure de votre corps, au-dessus d’Anahata, qui y soit exposée.

Il est très important de garder les jambes croisées à chaque fois que vous voyez une forme puissante. La nourriture est également une chose très puissante. Si vous n’avez pas mangé pendant trois jours, vous comprenez cela. Il est important que vos jambes soient croisées quand la nourriture arrive devant vous. Si vous êtes affamé et que la nourriture est exposée à tout le corps, ce n’est pas bon pour vous. Ne vous asseyez jamais jambes ouvertes devant de la nourriture, des objets consacrés ou des êtres humains qui ont un certain pouvoir, parce que cela apporterait un mauvais type d’énergie dans votre organisme.

#4 Mangez avec les mains

Si vous ne touchez pas la nourriture, vous ne savez pas de quoi il s’agit. Si la nourriture n’est pas assez bonne pour être touchée, je ne sais pas comment elle peut être assez bonne pour être mangée ! En outre, la propreté de vos mains est entièrement entre vos mains, alors que la propreté d’une cuillère ou d’une fourchette n’est pas forcément entre vos mains. Personne d’autre que vous n’a utilisé ces mains, donc vous pouvez être sûr de leur état de propreté à cet instant. Avec la fourchette, vous ne savez pas qui l’a utilisée, comment elle a été utilisée et pour quoi. Il suffit de l’essuyer avec un torchon pour qu’elle paraisse propre.

Surtout, quand vous utilisez une fourchette, vous ne ressentez pas la nourriture. Quand la nourriture apparaît devant vous, tenez vos mains au-dessus quelques instants pour la ressentir. Quand quelque chose apparaît dans mon assiette et que je le ressens simplement, je sais ce que je dois manger et ce que je ne dois pas manger sans avoir à goûter. Mes mains sont le premier niveau de connaissance de la nourriture.

#5 Mâchez votre nourriture 24 fois

En yoga, on dit : Si vous prenez un morceau de nourriture, vous devez le mâcher 24 fois. Il y a de nombreuses preuves scientifiques pour le justifier, mais en gros, votre nourriture est ainsi pré-digérée dans votre bouche et ne causera pas de lourdeur dans votre organisme. Si vous mâchez 24 fois, l’information de cette nourriture s’inscrit dans votre organisme et chaque cellule de votre corps sera à même de commencer à juger ce qui est bon ou pas bon pour vous, non pas en termes de goût, mais pour ce qui est approprié à tout l’organisme. Si vous faites cela pendant quelque temps, chaque cellule du corps aura la possibilité d’apprendre ce qu’elle aime ou ce qu’elle n’aime pas.

#6 On ne parle pas en mangeant !

C’est seulement quand je suis allé aux États-Unis pour la première fois que j’ai vu, partout dans les endroits publics, particulièrement dans les écoles et ces camps d’été où on organisait des programmes, des notices d’instruction sur le comportement à avoir si quelqu’un s’étouffe en mangeant. Je ne peux pas comprendre comment quiconque peut s’étouffer en mangeant. Je peux comprendre que quelqu’un se noie dans la piscine, parce que nous ne sommes pas conçus comme des poissons, nous devons apprendre à nager. Quelqu’un qui ne sait pas nager assez bien peut se noyer, mais pourquoi des gens s’étoufferaient-ils avec de la nourriture ? La principale raison pour laquelle ils s’étouffent, c’est qu’ils parlent tellement en mangeant. Nous ne réalisons pas une chose si simple. Tout ce que nous avons à faire, c’est profiter de la nourriture et manger en silence.

Quand des enfants veulent manger et parler en même temps, la première chose qu’on leur enseigne, c’est : « Chut, on ne parle pas en mangeant ». Car, si les paroles doivent sortir et la nourriture doit rentrer, comment faire les deux à la fois ? Quand je dois parler, quelque chose doit sortir de ma bouche. Si je dois manger, quelque chose doit entrer. De toute évidence, je ne peux pas faire ces deux choses en même temps. Si je fais ces deux choses en même temps, les choses peuvent mal tourner.

À quel moment manger ?

#1 Attendez deux minutes avant de manger

Une partie de la sadhana consiste à ne pas manger quand vous avez envie de manger : vous vous débarrassez ainsi de la compulsion envers la nourriture, ou envers n’importe quoi d’ailleurs. La nourriture est une chose très fondamentale. À partir de là, beaucoup d’autres aspects de la vie deviennent compulsifs.

Beaucoup d’entre vous ont pu endurer cette torture en venant à l’ashram : c’est l’heure du repas, vous avez vraiment faim et vous vous rendez au réfectoire. Il y a de la nourriture devant vous, vous voulez l’engloutir. Mais les gens ferment les yeux et posent leurs mains l’une contre l’autre pour l’invocation. L’idée est que vous avez très faim, mais vous attendez deux minutes de plus. Essayez de faire cela avec tout ce qui vous rend compulsif : attendez seulement deux minutes. Cela ne vous tuera pas. Cela vous rendra très fort.

Gautama le Bouddha est allé jusqu’à dire : « Quand vous avez très faim et que vous avez vraiment besoin de manger, en donnant votre nourriture à quelqu’un d’autre vous deviendrez plus fort ». Je ne vais pas aussi loin. Je dis : « Attendez seulement deux minutes », cela vous rendra assurément plus fort.

Il est crucial de se débarrasser de cette compulsivité dans le corps. Votre corps et votre mental sont une composition. Toutes sortes d’empreintes passées ont formé des tendances qui sont compulsives. Si vous les suivez, c’est donc que vous avez décidé de ne pas évoluer. Vous avez décidé que cela ne vous dérange pas de vivre dans cette configuration. Vous ne voulez pas briser la configuration et explorer de nouvelles possibilités.

La nourriture est quelque chose de très élémentaire et simple ; cependant, la façon dont vous gérez cet aspect fait une grande différence. C’est un cheminement vers une façon plus consciente de fonctionner en vous éloignant doucement de l’information qui est déjà en vous, qui vous gouverne de l’intérieur. L’asservissement se situe à bien des niveaux, mais le fondement de tout votre asservissement est votre corps, c’est la raison pour laquelle vous travaillez avec le corps.

#2 Questions de digestion : mangez selon votre âge et votre activité

Ce que vous appelez votre corps et votre mental est une certaine accumulation de mémoire. C’est à cause de cette mémoire (que vous pouvez appeler « information ») que ce corps a pris cette forme. La nourriture que nous mangeons se transforme dans le corps en fonction de cette mémoire. Disons que je mange une mangue. La mangue pénètre en moi et devient un homme. Si une femme mange une mangue, la même mangue va pénétrer en elle et devenir une femme. Si une vache mange une mangue, elle pénètre en elle et devient une vache. Pourquoi cette mangue en me pénétrant devient-elle un homme et non pas une femme ou une vache ? C’est principalement à cause de la mémoire, une catégorie spécifique de mémoire présente dans mon organisme.

Comment se fait-il que si je mange une mangue, une partie en devienne ma peau et qu’elle prenne la même couleur ? Vous ne trouvez pas d’un coup une marque de la couleur d’une mangue sur votre main. Parce que la structure de la mémoire est si forte que, quoi que j’y mette, la mémoire s’assurera que cela devient cette personne, et pas quelqu’un d’autre.

En prenant de l’âge, cette capacité du corps à intégrer la nourriture commence à diminuer parce que votre mémoire génétique et votre mémoire évolutive deviennent moins capables de transformer tout ce que vous consommez. Vous pouvez être en bonne santé et capable de digérer ce que vous mangez, mais le corps ne sera pas capable de transformer la mangue en un être humain avec la même vigueur. La digestion se produit, mais la transformation d’une vie en une autre ne se fera pas aussi bien parce que la mémoire s’affaiblit.

Si vous avez plus de 35 ans, à moins que vous ne soyez une personne extrêmement active physiquement ou que vous ayez des problèmes médicaux, deux repas par jour seraient certainement meilleurs pour votre santé. Le corps va s’ajuster à ce ralentissement, mais si vous êtes conscient de la façon dont vous mangez et de ce que vous mangez, vous pouvez l’ajuster de manière plus judicieuse. Si vous mangez plus, vous surchargez inutilement l’organisme. Vous n’avez plus besoin d’autant de nourriture, parce que votre croissance verticale est complètement terminée. Si vous avez un peu faim ou êtes fatigué, un fruit devrait faire l’affaire. Si vous réussissez à maintenir cela, vous vivrez très bien. C’est économique, écologique et vous serez en bonne santé.

#3 Deux repas par jour et pas de grignotage entre les repas !

Quand le processus digestif est en cours dans l’estomac, la purification du corps au niveau cellulaire est pratiquement à l’arrêt. Donc si vous mangez toute la journée, les cellules retiennent des impuretés pendant plus longtemps, ce qui provoque des problèmes divers au fil du temps. Même le processus excrétoire des intestins ne se passe pas de façon efficace, parce que les déchets continueront à descendre dans le côlon à différents moments au lieu d’un seul.

Ne pas avoir un côlon propre, c’est chercher les problèmes. En yoga, on dit qu’un côlon impur et désordres psychologiques sont directement liés. Si le côlon n’est pas propre, vous ne pouvez pas maintenir la stabilité de votre mental.

Dans les médecines traditionnelles indiennes comme l’ayurveda et le siddha, peu importe la maladie du patient, la première chose qu’on fait, c’est purger le système digestif, car la plupart des problèmes peuvent être dus à un côlon impur. Avec la façon dont les gens mangent aujourd’hui, il va être très difficile de conserver un côlon propre.

Mais supposez que vous ne preniez que deux gros repas par jour et rien entre les deux (ce qu’on fait normalement à l’ashram) ou, si vous êtes trop actif, vous pouvez manger un fruit entre les deux, alors votre côlon restera toujours propre. Dans le système yogique, on dit qu’il doit y avoir au moins six à huit heures entre un repas et le suivant. Si ce n’est pas possible, un intervalle d’au moins cinq heures est indispensable. En réduisant cet intervalle, vous vous mettez en difficulté.

#4 Le mental et le corps fonctionnent mieux l’estomac vide

Vous pensez peut-être que manger quelque chose pendant la journée vous aidera à être plus actif. Mais si vous regardez comment le corps se sent quand l’estomac est plein et comment le corps se sent quand l’estomac est vide, vous verrez que votre corps et votre cerveau fonctionnent mieux quand votre estomac est vide. Si de la nourriture est en permanence traitée dans le système digestif, une certaine quantité d’énergie est naturellement allouée à ce processus et ni votre cerveau ni votre corps ne fonctionneront de manière optimale. 

Si vous voulez fonctionner au maximum de vos capacités, soyez conscient et mangez des aliments qui permettront à votre estomac de se vider et au bol alimentaire de descendre vers l’intestin en une heure et demie à deux heures et demie. À partir de là, le corps ne consomme plus autant d’énergie. Et la nourriture doit être complètement sortie de l’organisme en 12 à 18 heures. C’est un point sur lequel le yoga insiste toujours. Si vous maintenez cette simple prise de conscience, vous serez beaucoup plus énergique, agile et vigilant. Ce sont les ingrédients d’une vie réussie, indépendamment de ce que vous avez choisi de faire.

Un élément du processus spirituel implique d’apporter une certaine intégrité à votre corps et à votre mental. Par intégrité, je veux dire que quand votre organisme n’est pas consolidé d’une certaine façon, s’il est relâché, il devient incapable d’expérimenter quoi que ce soit. Même si les plus grandes choses arrivent, vous les raterez. Si les yogis ou ceux qui font leur sadhana ne mangent qu’une à deux fois par jour et rien entre les deux, c’est parce qu’ils ne veulent ouvrir leur corps à rien. Aucun élément extérieur, excepté l’air et l’eau, ne devrait pénétrer l’organisme trop souvent parce que cela va relâcher l’intégrité de l’organisme en termes de sensibilité. La sensation constitue la couche externe de qui vous êtes. Si vous voulez rester très sensible, il est important que vous n’ouvriez pas votre corps à n’importe quoi et à tout ce qui vient vers vous. Vous devez bien manger, mais vous ne devriez pas manger souvent.

#5 L’heure du dîner et l’heure du coucher

Vous devez attendre trois heures après le dîner avant d’aller vous coucher. Si vous incluez au moins 20 à 30 minutes d’activité physique légère, comme une simple marche, votre organisme sera en parfaite santé. Si vous allez vous coucher avec de la nourriture encore dans l’estomac, cela génère un certain niveau d’inertie dans l’organisme. Physiologiquement, cette inertie est semblable à une accélération vers la mort. La mort est l’inertie ultime.

Une autre dimension est qu’un estomac plein comprime d’autres organes dans l’abdomen pendant le sommeil. Cela mènera également à toutes sortes de problèmes de santé. Pour cette raison également, il est très important que la nourriture que vous avez absorbée soit sortie de l’estomac avant d’aller vous coucher. Comme vous dormez dans différentes positions, l’estomac ne devrait à aucun moment comprimer d’autres organes.

#6 Jeûner pendant Ekadashi

Il est bon de jeûner de temps en temps, mais si vous le faites de force, cela peut causer des dommages à l’organisme. Si vous voulez jeûner, vous devez vous préparer psychologiquement et physiologiquement, de façon à vous passer de nourriture sans effort. Nous avons identifié certains jours du calendrier lunaire où la digestion n’est pas optimale. Pendant ces deux jours du mois, connus sous le nom d’Ekadashi, c’est-à-dire le onzième jour après la pleine lune et après la nouvelle lune, il vaut mieux ne prendre qu’un repas léger ou jeûner complètement. Ekadashi a été intégré dans votre organisme. Si vous pouvez jeûner, faites-le. Si cela ne vous est pas possible, adoptez une alimentation à base de fruits.

Que faut-il manger ?

#1 Mangez ce qui vous rend agile et vivant

La décision de savoir si un aliment particulier devrait entrer en vous ou non change d’un jour à l’autre, parce que votre corps est différent chaque jour, à chaque instant. Si vous ressentez la nourriture, vous savez exactement si elle doit entrer en vous ce jour-là, ou non. Si la conscience est là, nous n’avons pas à dire aux gens ce qu’ils devraient manger. À chaque repas, ils devraient décider de ce qu’ils mangent à ce moment-là.

Il n’y a pas de prescription unique concernant ce que vous devriez manger pendant le reste de votre vie. Ceci étant dit, les sucres et les glucides constituent bel et bien un sérieux problème. Mais le véritable défi à long terme est de sevrer les gens de la viande. Aux États-Unis, chaque habitant consomme près de 90 kilos de viande par an. Et trois milliards de dollars sont consacrés aux soins médicaux : les factures de soins médicaux aux États-Unis dépassent le PIB de la plupart des pays.

C’est une façon violente d’exister, et c’est très dur pour votre organisme. La maladie est le premier niveau de violence. Vous ne pouvez pas être en paix quand vous êtes malade, parce que votre corps est en lutte permanente. Le combat contre un virus, une bactérie ou tout autre élément qui vient de l’extérieur est une chose. Mais une maladie chronique est comme une guerre civile. Vous avez créé une bataille à l’intérieur de votre propre organisme, sans ennemi extérieur.

Trop de gens meurent de maladies chroniques et, pire, même lorsqu’ils sont en vie, ils ne parviennent pas à bien vivre. Et malheureusement, les maladies chroniques sont les plus nombreuses dans l’un des pays les plus riches de la planète. Et ceci va se produire partout dans le monde à un moment donné. Nous voyons la même chose se produire dans les villes indiennes. C’est juste que les États-Unis sont peut-être en avance sur le monde. Cela envoie le message qu’avec la prospérité, nous allons perdre tout notre bon sens. Il est très important que les États-Unis se corrigent, parce que quoi qu’ils fassent, pour une raison ou une autre, le reste du monde finit par en faire autant.

#2 Les excès alimentaires

Le fait de manger de façon incorrecte et ce qui ne convient pas constitue deux aspects importants. La façon dont nous produisons la nourriture est violente, et en portant sur cette ossature beaucoup plus que ce que l’on devrait, on provoque une sorte d’érosion du sol. Les kilos que vous perdez, ils ne partent pas au ciel, ils retournent à la terre. Vous empêchez l’érosion du sol !

Nous sommes autorisés à porter ce que nous voulons, mais pas au-delà de ce qui nous est confortable. La douleur de cette existence est telle que la plupart des gens qui sont dans cet état ont oublié ce que signifie être léger, agile et vraiment vivant. Il ne s’agit pas simplement des aspects médicaux et du nombre de gens qui meurent. Le plus gros problème, c’est le nombre de personnes qui sont en vie, mais ne parviennent pas à vivre pleinement leur vie.

#3 Mangez des produits frais

Tous les deux ou trois ans, une théorie différente émerge concernant les aliments qu’il faut consommer, et il y a tout un tas de personnes qui suivent ces théories religieusement. Nous ne devrions pas faire de la nourriture une religion. Il ne s’agit pas de ce que vous croyez ou ce que quelqu’un d’autre croit. Il s’agit de manger judicieusement.

Premièrement, il faut se rappeler qu’au fond, la nourriture est un carburant. Si vous voulez remettre du carburant dans votre voiture, vous allez à la pompe à essence et choisissez le carburant adapté à cette voiture en particulier, afin d’optimiser sa performance. Vous pourriez mettre du kérosène dans votre voiture et elle marcherait bel et bien, mais il y a des chances qu’elle fume et tousse et que vous ne puissiez pas accélérer comme vous le voulez. Voilà la situation dans laquelle se trouvent la plupart des gens au sujet de leurs choix alimentaires. Pour choisir le carburant approprié, vous devez savoir quel type de machine vous êtes.

Si votre bien-être et celui de vos enfants vous intéressent, vous devez vous assurer que les aliments que vous consommez sont frais. Dans la culture yogique, nous consommons toujours la nourriture cuite dans l’heure et demie qui suit la sortie du fourneau. Si c’est plus tard, l’inertie s’installera. Si vous mangez de la nourriture qui crée de l’inertie dans l’organisme, vous allez perdre tout votre dynamisme. Il y a aussi une corrélation entre le type de nourriture que vous mangez et la quantité de sommeil dont vous avez besoin. En général, les médecins conseillent à chacun de dormir un minimum de huit heures. Si vous dormez huit heures par nuit, cela signifie que vous dormez un tiers de votre vie.

Des gens écrivent des livres entiers sur le fait que tout le monde doit dormir huit heures et alertent sur les conséquences désastreuses du non-respect de cette règle. Ces derniers temps, je deviens un peu paresseux et je dors quatre heures. Mais avant, pendant 25 ans, j’ai dormi moins de trois heures par jour, et je suis en bonne santé. Le corps a besoin de repos, pas de sommeil. Un élément important qui détermine la quantité de sommeil dont vous avez besoin est le type de carburant que vous mettez dans votre organisme. Si vous mettez le mauvais carburant dans votre voiture, elle aura besoin de beaucoup d’entretien. De la même façon, si vous mettez le mauvais carburant dans votre organisme, il aura besoin de beaucoup de sommeil.

#4 Mangez ce qui est éloigné de vous

Votre corps n’est qu’une accumulation de la nourriture que vous avez absorbée, après qu’elle a été transformée et assimilée. Il y a une certaine intelligence, une mémoire et un code génétique dans le corps qui déterminent ce en quoi la nourriture que vous mangez est convertie. Par exemple, la même pomme, selon qui la mange, devient un élément du corps d’une femme, d’un homme ou d’une vache.

Au fur et à mesure que la vie évolue, l’information et la mémoire qu’un organisme porte en lui se complexifient. Dans la tradition yogique, nous avons toujours dit qu’il faut manger ce qui est génétiquement le plus éloigné de nous. Dans ce sens, la vie végétale est la plus éloignée possible de nous. Si vous devez manger de la nourriture non végétarienne, nous avons conseillé le poisson, parce que de tous les animaux, c’est le plus éloigné de l’être humain, si on adopte une perspective évolutionniste. Puisqu’on pense que la première vie animale sur la planète a évolué dans l’eau, le premier avatar a été matsya avatara ou le poisson.

Après avoir dit pendant un siècle que la viande était l’aliment idéal, les médecins occidentaux évoluent lentement vers un autre point de vue. Depuis quelque temps, ils affirment que le bœuf est la principale cause de la plupart des maladies cardiaques en Amérique. Et ces dernières années, ils disent également que la consommation de viande peut provoquer le cancer. Dans la culture yogique, nous vous disons depuis dix mille ans que si vous consommez des aliments possédant un code génétique complexe, votre organisme se détériorera d’une façon ou d’une autre. Nous en sommes arrivés à cette conclusion, non pas en faisant des recherches de plusieurs millions de dollars, mais simplement en observant ce qui se passe dans notre organisme lorsque nous mangeons. Vous saurez, si vous êtes assez attentif.

Donc, ne faites pas de la nourriture une sorte de religion. Si c’est une question de survie, mangez ce qui est disponible. Mais quand la survie est assurée, on a le choix. Quand vous avez le choix, vous devez manger de façon judicieuse, ce qui convient le mieux pour votre organisme. Le meilleur carburant pour votre corps est celui qui vous rend vigilant, agile et actif. Vous pourriez faire une expérience. Un jour, ne mangez que des fruits, un autre jour, ne mangez que des légumes crus, puis un autre jour, cuisez vos légumes, puis mangez du poisson, mangez de la viande, essayez tout. S’il vous plaît, mangez le type de nourriture qui vous procure des niveaux d’énergie et d’agilité optimaux et vous serez en bonne santé.

#5 Digérez ceci !

Si vous mangez un fruit, il faudra une heure et demie à trois heures pour qu’il soit complètement digéré. Si vous mangez des légumes cuits, la digestion prendra 12 à 15 heures. Si vous mangez des céréales cuites et d’autres aliments, cela prendra entre 24 et 30 heures. Si vous mangez de la viande cuite, cela prendra entre 48 et 52 heures. Si vous mangez de la viande crue, la digestion prendra 72 heures. Quand la nourriture reste autant de temps dans l’organisme, elle pourrit et génère des quantités de bactéries inutiles. Avec de tels choix alimentaires, vous causez des dommages à votre organisme. Puis, vous croyez que vous avez besoin de médicaments au lieu de vivre sainement. Vous avez besoin de produits pharmaceutiques parce que vous générez du poison en vous.

Ce que vous faites entrer dans votre organisme peut faire une grande différence. Pour donner un exemple : quand on a commencé à utiliser le carburant à l’éthanol il y a une douzaine d’années, j’ai dit : « je ne veux pas mettre d’éthanol dans ma voiture parce que le moteur va rouiller ». Pas besoin d’être un brillant scientifique pour en arriver à cette conclusion, ce n’est que du bon sens. Maintenant, au bout d’une douzaine d’années d’utilisation, on admet enfin que cela peut provoquer de la corrosion dans le moteur. Il faut simplement prêter attention à la façon dont les choses fonctionnent. La plupart des gens ne sont attentifs à rien. Ils ont besoin d’une prescription pour tout.

Si vous mangez de mauvais aliments depuis trop longtemps, il se peut que le corps soit devenu léthargique et dense au point que vous ne pouvez rien remarquer. Dans ce cas, le jeûne vous permettra de faire une pause. Il est temps d’enseigner aux gens comment prêter attention à ce qui se passe dans leur organisme. Posez-vous simplement la question : est-ce qu’il fonctionne bien en ce moment ou pas ? C’est un moyen simple de le savoir.

#6 Mangez local

Question: Namaskaram Sadhguru. Y a-t-il un lien entre le corps et l’endroit particulier de la Terre où l’on se trouve ? L’endroit bien précis où l’on grandit nous influence-t-il ? Est-ce pour cette raison que l’on nous dit de manger des produits locaux ?

Sadhguru: Le lieu a assurément une influence sur la façon dont fonctionne l’organisme humain profond. C’est également vrai pour toutes les autres vies. Les vies végétales et animales qui prospèrent dans le sud de l’Inde dépériraient près de l’État de New York ou dans cette partie du monde parce que la vie là-bas a évolué différemment. Ce n’est pas seulement à cause du climat et de la quantité d’ensoleillement ou de froid. Ces éléments ont eux aussi un impact important, mais la raison pour laquelle la vie a évolué d’une certaine façon est étroitement liée au lieu.

En yoga, la distance préconisée pour s’alimenter est celle qu’un homme peut parcourir à pied en un jour. La distance que vous pouvez parcourir à pied en une seule journée devrait former le rayon de la surface qui vous nourrira. Vous ne devriez pas manger d’aliments qui ont poussé loin de vous, parce que le corps que vous portez est, fondamentalement, un fragment de cette planète. Si vous mangez des aliments qui proviennent de cet endroit bien précis où vous vivez, il y a une interaction constante entre votre corps et la terre. Même aujourd’hui, alors que vous êtes assis ici, si vous êtes assis dans ce lieu, votre corps et cette partie de la Terre sur laquelle vous êtes assis sont dans un état permanent d’interaction très profonde.

C’est pour cette raison que le contact avec la terre constitue un élément très important pour la santé et le bien-être de chacun. Au Centre de yoga, nous confions toujours aux personnes qui ne sont pas en bonne santé des travaux de jardinage afin qu’elles soient en contact avec la terre. Aujourd’hui dans les centres de thalassothérapie modernes, ce contact avec la terre se résume à un bain de boue. Bon, ce contact peut prendre différentes formes. Peu importe comment il se présente, au moyen d’un bain de boue, en travaillant à la campagne, en dormant par terre ou autre chose : vous essayez d’être en contact avec la terre.

#7 L’alimentation pour le bien-être

L’alimentation est une transaction. Ce qui était dans la terre, vous le faites entrer dans le corps. Le corps fonctionnera mieux si les aliments que vous mangez proviennent de la région de la Terre où vous vivez. Supposez que vous viviez sur une parcelle de terre, cultiviez vos aliments et les mangiez. En un mois, vous constaterez un changement tout à fait évident dans l’état de santé de votre corps. Je pense que nous pouvons réduire l’incidence du cancer sur cette planète d’au moins 50 % en étant en contact avec la terre sur laquelle nous vivons et en consommant des produits provenant de la région où nous vivons, et pas d’ailleurs.

Maintenant, si je prends mon petit-déjeuner, il se peut que les aliments proviennent de Nouvelle-Zélande, du Vietnam ou d’on ne sait où encore. Nous sommes capables de transporter des marchandises et certains supermarchés peuvent vous vendre le monde, mais nous faisons plus cela par plaisir, pas pour le bien-être.

#8 Mangez des produits de saison

En Inde, la nourriture est cuisinée d’une certaine façon l’été, d’une autre façon pendant la saison des pluies et d’une autre façon encore en hiver, selon les légumes disponibles à ce moment-là et ce qui convient au corps. Il est bon de faire appel à cette sagesse et de manger en fonction des besoins du corps et du temps ou du climat dans lequel nous vivons.

Par exemple, lorsque le mois de décembre arrive, certains aliments produisent de la chaleur dans le corps, comme le sésame et le blé. La peau se craquelle en général parce que le climat se refroidit, et traditionnellement, les gens n’utilisent pas de crèmes hydratantes et de choses comme cela. Tout le monde mangeait du sésame quotidiennement. Il maintient le corps chaud et la peau nette. S’il y a beaucoup de chaleur dans le corps, la peau ne va pas craqueler. En été, le corps a chaud, on mangeait donc des plats rafraîchissants. Au Tamil Nadu par exemple, on mange du kambu (millet perlé). Ces choses ont été établies afin que le corps soit capable de s’adapter à ces saisons.

#9 Alimentation végétale

Une cellule vivante a tout pour maintenir la vie. Si vous consommez une cellule vivante, vous verrez que la sensation de santé dans votre organisme sera tout à fait différente de tout ce que vous avez connu. Lorsque nous cuisons les aliments, nous détruisons la vie en eux. L’ingestion d’aliments qui ont subi ce processus de destruction ne génère pas la même quantité d’énergie vitale dans l’organisme.

Lire l'article complet ici 

#10 Régime à base de fruits

Digérer veut dire jataragni : les feux digestifs. Pour que ces feux brûlent le plus efficacement possible, les fruits constituent assurément la meilleure option. Malheureusement, beaucoup de gens apprécient la léthargie et l’inertie. La vie ne les a pas touchés, ils apprécient donc qu’une partie d’eux-mêmes soit morte. Ils ont l’impression que le sommeil, l’ivresse, les excès alimentaires et le fait de rester allongé valent mieux que d’être vivant, actif et dynamique. Les fruits ne peuvent être un problème que pour ce genre de personnes, car cela maintient alerte et réveillé. On peut connaître un sentiment extrême de joie, d’ivresse et un plaisir profond en étant à des niveaux de conscience élevés.

#11 Régime multi-céréales

Aujourd’hui, les médecins affirment que près de 80 millions d’Indiens sont en passe de devenir diabétiques. L’une des raisons en est que la plupart des Indiens suivent un régime basé sur une seule céréale. Les gens mangent uniquement du riz ou uniquement blé. Cela peut assurément causer des problèmes de santé. Il est important d’introduire un régime multi-céréales dans sa vie.

Traditionnellement, les gens mangeaient toujours beaucoup de lentilles, des légumineuses et un large éventail de céréales. Mais, petit à petit, ces choses ont disparu et si vous regardez une assiette indienne aujourd’hui, on y trouvera trop de riz et juste un peu de légumes. C’est un grave problème. Il faut inverser cette évolution vers un régime alimentaire riche en glucides qui s’est produite au cours des 25 ou 30 dernières années, car à long terme, le fait de manger beaucoup de glucides et très peu d’autres choses peut gravement nuire à la santé. C’est un changement conceptuel fondamental qui doit se produire dans l’esprit des gens. L’alimentation ne doit pas être majoritairement constituée de riz, mais de toutes les autres choses. Le riz est votre choix : à vous de décider d’en manger ou non selon votre niveau d’appétit.

#12 Manger correctement en voyage

On ne peut pas toujours manger la nourriture idéale, en particulier pour ceux d’entre nous qui voyagent et ont des activités de toutes sortes. Dans le cas où vous finissez par manger quelque chose qui ramollit un peu votre corps – pour autant que vous soyez sensible à ce qui se passe dans votre organisme –, il vous suffit de réduire le repas suivant de moitié, ou de sauter le repas. Le corps n’a pas besoin de plus pour se rétablir.

Voyager entraîne assurément beaucoup de fatigue, mais vous pouvez la limiter en mangeant un minimum de nourriture quand vous êtes en avion. Si vous avez besoin de manger quelque chose, mangez un fruit ou buvez simplement beaucoup d’eau. Le mécanisme de la faim implique certains acides qui travaillent sur la paroi de l’estomac, ce qui provoque un besoin irrépressible de manger. Si vous buvez un verre d’eau ou si vous mangez un fruit, les acides se diluent et la faim diminue.

Note de la rédaction : Apprenez à manger comme un yogi grâce à un large éventail de délicieuses recettes saines tirées de « A Taste of Well-Being » – disponible dans les téléchargements Isha et sur Amazon.