Shiva était-il connu dans les autres cultures ?

Sadhguru explique comment, d’une certaine façon, les sciences mystiques sont présentes dans toutes les cultures.
Were Other Cultures Aware of Shiva?
 

Shiva est-il connu dans d’autres cultures ? Sadhguru explique comment, d’une certaine façon, les sciences mystiques sont présentes dans toutes les cultures.

Q : Pourquoi les autres cultures ne parlent-elles pas de Shiva ?

Sadhguru : Il n’y a pas d’être éveillé qui n’ait parlé de Shiva, dans le sens de dimension illimitée, ou de quelque chose qui va au-delà de la nature physique. La seule différence est que ces personnes l’ont peut-être exprimé dans la langue et la symbolique de leur région.

 

Le mot « Shiva » signifie littéralement « ce qui n’est pas ». Aujourd’hui, la science moderne nous prouve que tout vient du néant et retourne au néant. La base de l’existence et la qualité fondamentale du cosmos sont un vaste néant. Les galaxies ne sont qu’un petit évènement, un saupoudrage. Tout le reste est un immense espace vide, que l’on connaît sous le nom de « Shiva ». C’est de cette matrice que tout est né, et c’est dans le néant que tout est aspiré de nouveau. Tout vient de Shiva et retourne à Shiva.

Adiyogi, le premier yogi qui a fait découvrir à l’humanité l’incroyable science du yoga, constitue une autre dimension de Shiva. La culture yogique passe aisément de l’invocation de Shiva comme base de la création à l’invocation de Shiva comme premier yogi.

Est-ce contradictoire ?

Pas du tout, car une fois que le yoga ou union ultime a eu lieu, il n’y a plus de distinction entre la réalité ultime et celui qui en a fait l’expérience.

Shi-Va : diriger l'énergie

Nous sommes arrivés au son « Shiva » en nous basant sur une compréhension très profonde de la vie. On sait que le son « Shiva » peut provoquer des choses incroyables en vous. Si vous êtes assez réceptif, le son peut être explosif, une seule prononciation va exploser en vous d’une façon tellement puissante.

Quand on dit « Shiva », il s’agit de diriger l’énergie d’une certaine façon, dans une certaine direction.

Le son « Shi » de Shiva signifie fondamentalement la puissance ou l’énergie. Dans le mode de vie indien, le féminin a toujours été symbolisé en tant que puissance : Shakti. D’une certaine façon, la langue anglaise a trouvé le même mot pour décrire le féminin avec « she ». « Shi » signifie fondamentalement « Shakti » ou « énergie ». Mais si vous continuez de dire trop de « shi », cela va vous déséquilibrer. Donc, « Va » sert d’amortisseur pour ralentir le mantra et maintenir l’équilibre. « Va » vient de « Vama » qui signifie maîtrise. Donc, dans « Shi-va », l’un énergise et l’autre équilibre ou prend le contrôle. L’énergie non dirigée ne sert à rien, elle peut être destructive. Donc quand on dit « Shiva », on parle de diriger l’énergie d’une certaine façon, dans une certaine direction.

En Inde, nous avions un contexte qui a permis de créer un langage scientifiquement structuré représentant un système entier de sons. Dans notre culture, nous n’avons pas attaché trop d’importance à la signification, mais nous avons attaché une énorme importance à la réverbérations générée. . La signification n’existe que dans le mental des humains, le son existe dans l’univers. Pour cette raison, nous avons fait évoluer le langage de façon à ce qu’il s’agisse avant tout de sons, vous pouvez leur rattacher une signification par la suite. Nous sommes arrivés à la bonne forme de sons, et nous avons décrit chaque chose telle qu’elle est. Mais dans toutes les autres cultures, on trouve aussi des exemples qui évoquent des choses similaires.

Les mondes perdus du mysticisme

Cependant, en raison des façons très agressives dont la religion s'est répandue dans le monde au cours des 1500 dernières années, la majeure partie de ces formidables cultures du passé, comme la civilisation antique de la Mésopotamie ou les civilisations d’Asie centrale et d’Afrique du Nord, a disparu. Ce n’est donc plus vraiment visible, mais si on plonge plus profondément dans l’histoire, on retrouve cela partout. Par exemple à Konya, en Turquie, le lieu où Rûmi a vécu la dernière partie de sa vie et est mort. On y trouve un mausolée contenant sa dépouille. J’y suis allé et j’ai vu un grand linga à l’extérieur.

Il était endommagé à une extrémité, mais toujours vivant à l’autre – après peut-être 2 500 ou 3 000 ans. Autre exemple : Delphes, en Grèce, connue pour être le nombril du monde parce qu’un manipuraka linga y a été construit. Il a été consacré il y a environ 4 200 ans. Ce linga avait un cœur de mercure. Le mercure s’est dissipé quand le pays a vécu de très mauvaises choses.

Donc, de bien des façons, les sciences mystiques étaient présentes dans toutes les cultures. Mais au cours des 1 500 dernières années, elles ont en grande partie disparu dans d’autres coins du monde.

Note de la rédaction : « Shiva: The Ultimate Outlaw », un e-book rempli de magnifiques dessins et de sagesse de Sadhguru, révèle de nombreux aspects pratiquement inconnus de l’être que nous appelons Shiva. Découvrez Shiva comme jamais ! Téléchargez l’e-book (en anglais).

Une version de cet article a été initialement publiée dans le magazine Isha Forest Flower. Téléchargez-le au format PDF pour le prix qui vous convient (pas de minimum requis) ou abonnez-vous à la version papier.